23 décembre 2012

Le poids du papillon. Un conte poétique, deux destins parallèles...

La chance m'a fait découvrir un auteur qui m'était totalement inconnu : Erri De Luca.

Sur la couverture d'un livre de poche, un chamois en ombre chinoise et un titre étonnant – Le poids du papillon- : je ne peux, évidement pas, m'empêcher d'ouvrir le livre et de lire au hasard quelques lignes. C'est surprenant ! C'est poétique et fort…

Poids_papillon001

Il faut vite refermer le livre, éviter de déflorer à la va-vite un si beau texte. A la maison il sera bien plus aisé de mastiquer tous ces mots, de dévorer une à une toutes les belles allégories qui émaillent le récit…

Pour moi ce roman est un conte métaphorique. Le roi des chamois et le roi des braconniers se retrouvent au soir de la vie. Les mêmes signes de déclin frappent l'homme et la bête… Inconsciemment l'animal sait que ce mois de novembre sera sa dernière saison de suprématie sur la harde. L'homme, lui aussi, sait que les forces s'échappent peu à peu de son corps usé par tant de courses dans la montagne.

chamois1

Un rien pourrait faire basculer le fragile équilibre entre la vie et la mort : le poids d'une minuscule branche a déjà fait mettre genoux à terre à l'homme. Et puis il y a ce papillon qui poursuit depuis toujours la bête, qui se pose sur sa corne gauche…

papillon1

Un poids infime, infime mais qui sera peut-être suffisant à abattre le roi des chamois et qui sait? le roi des braconniers…

Deux destins parallèles, deux vies d'exception, l'homme et la bête se rejoindront finalement dans une étrange et mortelle cérémonie.

chamois02

Voici quelques courts extraits pour vous donner envie de lire ce beau texte.

Au temps de la splendeur :

Le roi des chamois défie l'orage

"Le roi savait que la foudre prévient. Avant de s'abattre, elle prépare un champ électrique dans une zone du sol où passe d'abord un courant qui fait vibrer l'air avec un vrombissement de frelons en vol. Le poil se dresse tout seul, signe qu'on est dans le champ de la foudre. Le roi attendait la friction de l'air électrique sur son corps, l'odeur de métal qui picote sèchement les narines, alors il se déplaçait pour sortir de la zone de cible. Pas tout de suite : le frottement de l'électricité sur son corps faisait gicler les puces hors de sa fourrure. Il se déplaçait à temps vers la hauteur. La foudre s'abattait devant lui, élevant une fumée d'enclume et de forge.

Le roi des chamois s'habille de vent

"Dans l'Écriture sainte, il existe la formule : vêtu de vent d'Elohim. Elle concerne un homme touché par une prophétie à transmettre. Personne d'autre que lui ne sait de quel vêtement il s'agit. Le roi des chamois était vêtu de vent. Dans la tempête, il se laissait envelopper par les rafales, c'était son manteau. Son pelage brillait, gonflé par l'explosion des éclairs, le roi fermait les yeux et se laissait étreindre par l'air déchaîné. Il était en sûreté là où toutes les autres créatures sentent une menace. Il était en alliance avec le vent, son cœur battait, léger, se chargeant de l'énergie lancée par le ciel sur la terre."

chamois03

Puis vient l'âge du déclin…

Il est temps pour le roi des chamois de forcer le destin, de provoquer le roi des braconniers.

"Le roi des chamois sut brusquement que c'était le jour. Les animaux vivent dans le présent comme du vin en bouteille, prêts à sortir. Les animaux savent le temps à temps, quand il est utile de le savoir. Y penser avant est la ruine de l'homme et ne prépare pas à être prêt.

Il regarda en haut pour saluer l'air et se mit à descendre. Les coussinets de ses pattes foulèrent le précipice sans déplacer le plus petit caillou. Son ongle partagé entre le troisième et le quatrième doigt s'ouvrait et s'adaptait aux quelques centimètres d'appui. Ce n'était pas une descente, mais un arpège. Il arriva dix mètres au-dessus de l'homme allongé, le fusil à son côté. …//… Le roi respira calmement, partagé entre la colère et le dégoût pour l'assassin de sa mère et des siens. …//…

L'homme savait prévoir, croiser l'avenir en conjuguant sens et hypothèses, son jeu préféré. Mais l'homme ne comprend rien au présent. Le présent était le roi au-dessus de lui."

Le roi des chamois défie l'homme qu'il sait être un assassin : il sera l'auxiliaire de son suicide. Dans une suprême finesse la bête pressent que cette ultime victoire de chasse sera pour l'homme sa dernière, définitive et fatale défaite, déjà les " ailes noires" envahissent le ciel.

vautour01

"L'homme, tel un serpent, se tourna vers son fusil juste à temps pour voir le roi des chamois se précipiter sur lui en deux bonds. Il était force, furie et grâce déchaînées. Un fracas de cris et une foule d'ailes s'élevèrent dans la montagne. Les sabots antérieurs effleurèrent le cou de l'homme, les postérieurs firent voler son chapeau. Le roi avait sauté sur lui en l'effleurant sans une égratignure et il volait tout en bas vers le troupeau qui avait dressé oreilles et museaux."

.…//…

"Il s'arrêta soudain, se cabra sur ses pattes de devant et revint en arrière. Il escalada une pierre pointue, plantée sur un tas de rochers suspendus dans le vide. Et il resta là."

chamois04

"C'était un jour parfait, il ne se battrait plus contre aucun de ses fils et il ne devait pas attendre l'hiver pour mourir"

.…//…

"Il attendit là, sans bouger, bombant le torse, la balle de onze grammes qui traversa son cœur de haut en bas. Il mourut avant d'entendre le fracas de la détonation, un coup de marteau contre la tôle du ciel"

L'épilogue de cette histoire ne doit pas être résumée ici, procurez-vous le livre, vous le lirez d'un traite, happé par les mots, la poésie et la magie de ce conte pour adulte.

Poids_papillon002