Un souvenir familial, une confirmation retrouvée dans les archives de l'Etat Civil... Ou comment jouer à "l'historien"...
31 mai 2011

Les Gonthéaumes incendiés en 1882 ? Recherches dans les archives...

Aujourd'hui j'ai envie de jouer à l'historien (local!)...
Le conseil général de l'Isère a mis en ligne une immense base de données recensant tous les actes d'état civil jusqu'en 1892


Archives 38 etat civil


Pour plus de confort de lecture vous pouvez télécharger puis imprimer la page 116  de la revue Isère magazine de février 2011 en cliquant sur le lien ci-dessous :


Isère Magazine- Février 2011( page 116)


Le généalogiste en herbe qui sommeille en chacun de nous se prend vite au jeu et peu à peu, au fil des recherches,  l'envie d'en connaître un peu plus sur  le quotidien des petites communautés qui ont habités les hameaux et villages Matheysin grandit...
Par exemple j'ai lu que le hameau des Gonthéaumes a été trois fois entièrement détruit par le feu . René Reymond, dans son livre -Mémoire de Saint Théoffrey-  écrit : " Le premier incendie connu remonte à 1728, le second à 1739 et le troisième au samedi 22 mars 1788, veille de Pâques, jour du marché de La Mure (le jour de marché avait sans doute été décalé à cause du lundi de Pâques!)... Il nous explique qu'une femme du hameau a embrasé sa poêle à frire  en préparant un "pataflan" (un matefaim!) et que le feu de la cheminée, rabattu sur le toit en chaume de sa maison, s'est propagé à tout le hameau.
Par ailleurs j'ai souvent entendu mes grands-parents parler de cette anecdote du matefaim... Mon arrière grand-père Lucien racontait aussi que, petit, il avait été emmené  enveloppé dans un couverture  à l'écart du village pour le protéger d'un incendie qui avait dévoré sa maison . Il se souvenait que deux femmes surnommées les "Mimounes" étaient mortes dans le brasier.
En interrogeant les plus anciens habitants du hameau j'ai vite appris le véritable  nom des "Mimounes": Henriette Coiret et Marie Coiret.
Il ne restait plus qu'à consulter les actes de décès de Saint Théoffrey un peu après 1876 (mon arrière grand-père étant né en 1876).
Enfin à la lecture des actes de décès n° 2 et 3 datés du 05/05/1882, établis par le maire de Saint Théoffrey Jean Troussier, j'ai retrouvé la trace -la preuve-  que Henriette Troussier veuve Coiret  (76 ans) et que Marie Coiret (50 ans) étaient bien décédées au même lieu le 03/05/1882 vers les onze heures et demi du soir...
Mon arrière grand père avait six ans, le 03/05/1882 était un mercredi...


Décès Coiret Marie 03-05-1882 v2

Acte de décès de Marie Coiret (archives départementales de l'Isère)


Décès Troussier Henriette vve Coiret 03-05-1882_A v2

Acte de décès Troussier Henriette vve Coiret (archives départementales de l'Isère)


Décès Troussier Henriette vve Coiret_B v2

Acte de décès Troussier Henriette vve Coiret (archives départementales de l'Isère)


La preuve écrite confirme parfaitement les souvenirs familiaux. Par contre faut-il relier l'anecdote du matefaim à l'incendie de 1788 ou à celui de 1882 ?
Le curé Gaude a peut-être détaillé les péripéties de l'incendie de 1788 dans les registres paroissiaux mais son style d'écriture pour le moins original et le le manque de soin dans la tenue des registres ne facilitent pas les recherches...
Mystère mystère...