05 juillet 2015

La montagne défigurée...

 

Le Grand Serre est une belle montagne du sud Isère. Une crête pure et vierge se découpant sur l'azur des ciels d'été. Des flancs immenses et raides boisés en bas et nus en haut…

Panorama431A

Un paysage qui a su attirer et retenir Olivier Messiaen (1), Robert Doisneau (2), qui a arrêté la marche de Raymond Depardon (3)  dans sa quête des plus beaux paysages de France…

5M3_2345-210_297_300ppi A

(Photo prise en mai 2014 sur les pentes du grand Serre)

Quelle chance nous avons d'habiter un si beau territoire!

Panorama445B

Ce paysage fait le bonheur des hommes depuis toujours. Il y a là une harmonie subtile et gratuite qui attire le regard, une alchimie discrète qui fait surgir en nous des petits riens de joie dans le quotidien lorsque nous levons les yeux là-haut…

La légende dit que le bois qui habille la montagne a la forme d'un aigle en souvenir de l'épisode historique de la célèbre rencontre entre l'empereur de retour de l'ile d'Elbe et des troupes royales le 7 mars 1815.

Bois de l aigle patrimoine DL

"Soldats du 5ème, je suis votre empereur. Ne me reconnaissez-vous pas ? S'il en est un parmi vous qui veuille tuer son empereur, me voici!"

napogdserre002

napogdserre003

 

Du haut du Grand Serre bien plus de quarante siècles contemplent la prairie de la rencontre…

Donc nous habitons un beau pays et nous vous offrons ce paysage à vous tous, gens de passage, touristes, estivants! Et…

Et vous auriez pu emporter tout ça dans vos souvenirs, en parler-en autour de vous, et revenir nombreux irriguer de votre calme et respectueuse présence l'économie touristique moribonde du plateau Matheysin…

 

Panorama451 C

Malheureusement un jour on a vu grossir une verrue au front du Grand Serre : Un chalet avait "intelligemment" été positionné en pleine bise à l'extrémité nord de la crête … Peu de temps après un chirurgien malhabile (certainement pour extirper ce cancer esthétique) a lacéré de plusieurs coups de scalpels la virginité des flancs de la montagne…

 

5M3_2933B

Tout est ravagé. Le bel équilibre esthétique du Grand Serre est définitivement ruiné pour des générations et des générations… Mais que voulez-vous ces "aménagements" devaient être absolument essentiels pour l'alpage du Grand Serre…

 

5M3_2934C

Questions :

Ce chalet (et surtout à cet endroit!) était-il obligatoire?

Cette piste étaient-elle essentielle à la vie des alpagistes?

Existe-t-il un autre accès?

Combien ont couté ces travaux? qui a financé?, quels sont les retours sur investissements espérés?

Cet aménagement m'a littéralement rendu malade! J'ai vraiment eu un haut le cœur en voyant "mon" Grand Serre estropié, massacré, sacrifié sur l'hôtel du "développement économique" mal compris.

Je suis triste et en colère de voir, petit à petit, ce pays se détruire par l'intérieur. Des années durant les Matheysins ont pleuré leur mine. Ne tournant jamais vraiment la page, ils ont toujours attendus des aides, des subsides ou qu'un "magicien" venu d'ailleurs leur propose une alternative miraculeuse permettant de créer des emplois, de l'activité, de la vie sur le plateau. Délaissant leur patrimoine, négligeant totalement l'environnement, laissant "aux autres" le soin de les sortir de la crise.

Et avec quels résultats!!! Des échecs retentissants comme la station de Super Saint Honoré ou le soi-disant projet d'implantation de Télétech à Saint-Théoffrey (par exemple)…

Quel bonheur ce serait de pouvoir ancrer dans ce territoire une véritable volonté d'accueil! Il ne s'agit pas de se lancer dans un tourisme de masse dévastateur, mais plutôt d'imaginer un aménagement tranquille et continu. Il ne faut rien attendre des "plans", des "investissements", des "projets" organisés par nos élites… s'ils ne sont pas accompagnés par chacun d'entre nous…

Il faudrait plus de volontés individuelles, de travail au quotidien, de persévérance dans les efforts d'accueil. Au lieu de cela, il faut constater que d'année en année la situation se dégrade malgré les opportunités sensationnelles que nous offre la nature (les lacs, la montagne, le paysage) et les outils comme le "petit train" SGLM, la Mine Image, le musée Matheysin, la gastronomie, la route Napoléon…

Que de filons à exploiter, que de pistes à explorer, à associer…

J'ai interrogé de nombreuses personnes ayant parcouru la route Napoléon. Pour l'essentiel des Bretons en vacances pratiquant la randonnée le camping ou tout simplement des touristes en découverte de belles régions, à l'affût des beaux paysages ou d'histoire…

Toutes se souviennent de leur passage sur le plateau mais personne ne savait que cette région s'appelait "Matheysine"...

Toutes se souviennent des façades lépreuses longeant la route délabrée mais peu de monde se rappelle avoir côtoyé un chapelet de lacs et de riches roselières…

Toutes ont remarqué le laisser-aller chronique, le manque d'entretien, et globalement l'état d'abandon généralisé…

Aucune n'a entendu parler des musées (de La Mure ou de La Motte d'Aveillans), du "petit train" de la Mira, de la Pierre Percée… de la présence en ces lieux des années durant d'Olivier Messiaen ou d'ailleurs de quoique que ce soit qui aurait pu les retenir quelques jours…

Je suis bien conscient que les temps sont durs pour beaucoup, qu'il est souvent difficile de joindre les fins de mois. Mais pour d'autres… Alors que diable ! Quelques fleurs devant la maison (des œillets d'inde, des soucis, des géraniums issus du bouturage). Un petit coup de pinceaux sur les volets. Tailler avec soin la haie, tondre les bas-côtés, désherber les parterres. Et surtout éviter les amoncellements de cochonneries un peu partout… Ce serait déjà un bon début !

Bien je suis en colère! Loin de moi l'habitude de juger à l'emporte-pièce mais franchement c'est devenu, pour moi, un véritable crève-cœur que de voir année après année ce pays s'autodétruire.

Je lance un concours. Les premiers résultats seront publiés en fin d'année 2015. Le plus beau "fourmoura"(*) du plateau sera publié dans ce blog et son propriétaire recevra un lot: une carte d'accès gratuite et permanente à la déchetterie (par exemple).

Tout n’est pas perdu pour autant! Avez-vous remarqué les efforts effectués à La Mure? L’entrée nord est transfigurée, les abords de la Jonche sont bien embellis. Les rues du centre, les Bastions, bénéficient de divers travaux de réhabilitation. Le Breuil est fleuri… Bientôt, je l’espère, le parvis du château sera aménagé. Pourvu que l’élan initié ne retombe pas et qu’il soit accompagné par chacun de nous…

(*)Fourmoura : mot patois désignant un tas de fumier, de saletés.

A suivre…

 

(1)   L'œuvre d'Olivier Messiaen est fortement marquée par les influences esthétiques qu'il a vécues en Matheysine entre le Grand Serre (le mont chauve), les lacs et leurs roselières habités par les oiseaux chanteurs.  Au début de certaines de ses partitions Olivier Messiaen "décrit" sa musique :

"Entre la muraille casquée de l'Obiou (au sud), et l'éperon de Chamechaude (au nord), quatre lacs : c'est la Matheysine en Dauphiné. A la fin du grand lac de Laffrey, au pied de la montagne du Grand Serre (à l'est) : voici les champs de Petichet."

"Fin juin, début juillet. Il fait encore nuit. Les dernières vagues du grand lac viennent s'éteindre sous les saules. La montagne du Grand Serre est là, avec ses taches d'arbres au bas de son crâne chauve. Vers 4 heures du matin, la Caille fait entendre son appel en rythme Crétique. Le Rossignol termine une strophe : notes lointaines et lunaires, conclusion brusquement forte et victorieuse, longs roulements jusqu'à perdre haleine …/…"

"Cependant, la matinée avance, et voici une menace d'orage. Le grand lac de Laffrey se partage en bandes vertes et violettes.   …/… Le Grand Serre oppose la descente de sa masse énorme à la montée élégante du vol des Hirondelles de cheminée. Au statisme de la montagne chauve s'oppose encore la mouvance des ondulations de l'eau …/…"

"La nuit vient... 9 heures du soir. Dans le silence grandissant retentit le double appel de la Chouette Hulotte, sauvage et terrifiant. Le grand lac est maintenant faiblement éclairé par le clair de lune. Les silhouettes des aulnes sont toutes noires. Tout s'enfonce dans l'ombre grandiose du souvenir. Et le Grand Serre est toujours là, au-dessus de la nuit..."

 

(2)   Robert Doisneau a passé quinze Noël avec sa famille et de nombreux amis à Laffrey (de 1951 à 1965). Un livre "Les Alpes de Doisneau" a été édité par le musée de l'Ancien Evéché de Grenoble. On peut y admirer de nombreuses photographies prises à Laffrey.

 

Doisneau006

 

(3)    Depardon

 

grandserre_depardon

 

 

 

Posté par firstblogalain à 16:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,