07 juin 2008

Les yeux de l'oncle Jules...

 

 

 

Chaque fois que j'emprunte la route qui part de La Mure pour rejoindre La Motte d'Aveillans, à Nantizon, mon regard est attiré par un monument aux morts 1914-1918 représentant un poilu figé dans une attitude stéréotypée et bien caractéristique.

IMG_0545
clic gauche sur la photo = agrandissement

Après la Grande Guerre, la France s'est couverte de ce type de monuments. Chaque commune a voulu rendre hommage à ses enfants morts dans les atrocités de ce carnage sans pareil jusqu'alors et, l'émulation aidant, on a assisté à une véritable compétition…La statuaire de ces monuments tourne toujours autour d'une allégorie de l'héroïsme, du courage, de la bravoure…Point de sacrifice dans le geste, la posture doit être patriotique et dégager une énergie sans faille… positive.
A cent lieues de ce que devaient ressentir tous ces pauvres jeunes gens dont la jeunesse et les rêves ont été irrémédiablement brisés par ce grand gâchis.

 

Voilà qui me fait penser aux photos de mon grand oncle Jules…
Dans une vieille boîte à chaussures un paquet de photos et de cartes postales jaunies : Photographies de paysages défraîchies, de noces campagnardes, de mariés figés devant l'objectif et surtout trois photos cartonnées.

 

Tout d'abord un portrait de grande qualité, visiblement le travail d'un bon photographe professionnel, montrant un magnifique jeune homme aux yeux brillants d'intelligence, soigné dans son attitude comme dans son habillement.

fpn0010
clic gauche sur la photo = agrandissement

 

Ce regard dégage, comment dire, de la modernité, de l'optimisme, de la confiance en la vie…

 

 

 

En un raccourci terrible les deux autres photos, moins parfaites techniquement, nous montre le même jeune homme à son retour de la guerre.

fpn0011
clic gauche sur la photo = agrandissement

 

Sur la deuxième photo quelle transformation ! Visiblement affaibli physiquement, sa posture est bien différente. Le regard est rempli de terreur, les yeux si brillants auparavant, sont devenus des puits d'angoisse.

 

 

fpn0012
clic gauche sur la photo = agrandissement

 

La troisième photo nous montre, à nouveau l'oncle Jules à l'extrême gauche, et aussi ses compagnons d'infortune. Presque tous médaillés, mais soit amputés soit visiblement en mauvaise santé… Toute une génération sacrifiée, volée, spoliée de sa jeunesse.

 

Plus que tous les monuments du monde ces trois photos m'émeuvent à chaque fois que je les regarde.

La juxtaposition de ces deux périodes de la vie d'un homme, qui va mourir des suites de ses blessures comme on a l'habitude de dire, est peut-être ce que l'on pourrait montrer aux jeunes de nos écoles afin de "matérialiser" les horreurs de la guerre…

Posté par firstblogalain à 18:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]