Miracle !

Moi qui pensais ne jamais pouvoir profiter des restes de bonne santé que l'âge et les reculs sociaux ne cessent de grignoter je suis sauvé par la chance, le hasard, la veine, le sort, ma bonne étoile.

Ah! Ah! Il y a une tout de même une justice sur cette terre !

Et oui après tout ! car comme le dit la publicité : Parce que moi, je le vaux bien… (Sous entendu : pas vous, bande de nazes!)

Je suis riche, très riche.

DSCF1514_210_297_300ppi002

A présent, pour moi, les économies de bout de chandelles, les achats en soldes, à "tempérament", les fins de mois douloureuses, les bricolages, les rapetassages, les calculs d'apothicaire pour épargner trois sous… c'est fini !

Terminé aussi les réveils à l'aube, les horaires à respecter, le travail…me voilà à l'écart de ces basses contingences…

DSCF1513_210_297_300ppi001

Vous ne comprenez rien à ce que je vous raconte, avouez-le! (et vous avez bien envie d'aller cliquer ailleurs -si ce n'est pas déjà fait-)

Vous n'avez jamais vu le film "Crésus" de Jean Giono?

Bien fait !

DSCF2232001

 

DSCF2234002

Moi je l'ai vu ce film et… j'ai retrouvé la bombe de Jules, le pauvre berger du Contadour. Je peux vous affirmer que la bombe est toujours pleine de "liquide". Elle a voyagé jusque dans le Trièves, à deux pas du château de Montmeilleur. Connaissant les attaches de Jean Giono à ce beau territoire il n'y a rien d'étonnant à cela. J'étais sur ses traces depuis déjà quelques temps et j'ai brulé la politesse à tous les experts-historiens-chercheurs en patrimoine locaux.

IMG_4170_raw_210_297_300ppi001

Elle a du subir bien des vicissitudes depuis, mais construite très solidement elle a bravé le temps sans rien perdre de son précieux contenu. Et je puis vous assurer que je ne ferai pas la même erreur que Jules, je ne distribuerai jamais ma fortune aux quatre vents : je garde tout pour moi !

DSCF2235003

Car moi je n'ai pas peur des zéros - comptable depuis plus de trente ans - j'en ai vu passer des zéros, des petits, des gros, des biscornus, des barrés qui veulent se faire passer pour des huit… Et je perçois parfaitement ce que cet empilement de petites bulles rondes peut représenter :

A moi les belles journées bien vides de toute contrainte. Je vais essayer d'utiliser tout ce temps pour m'enrichir intellectuellement, apprendre, aller voir derrière la fenêtre si un autre monde existe, si d'autres vérités ne pourraient pas remplacer celles que l'on m'a servies au "20 heures" toutes ces années durant ou le "nez dans le guidon" la cervelle bien ramollie j'ai pédalé, pédalé pour assurer le quotidien.

Enfin on peut toujours rêver…

Bon ! dès demain je rejoue au loto!